Comment obtenir un visa pour la Corée du Sud ?

Toutes les démarches pour obtenir un visa pour la Corée du Sud, un impératif pour voyager dans ce pays

La Corée du Sud reste une terre d’accueil pour plusieurs pays et territoires du monde si vous remplissez les conditions d’accès. Il est maintenant possible d’obtenir un K-ETA (une autorisation électronique) pour entrer en Corée du Sud. Malgré la situation sanitaire, l’ambassade délivre le visa court ou long séjour à ceux qui y postulent. Après notre article sur l’obtention d’un passeport touristique pour Cuba, nous allons voir aujourd’hui comment obtenir le visa pour la Corée du Sud ? Trouvez dans cet article la réponse.

Le visa pour la Corée du Sud : court séjour ou long séjour ?

Le visa court séjour a connu d’importantes restrictions et seules les personnes pouvant justifier une urgence y sont admises. On peut citer entre autres ces motifs de voyage : rejoindre un membre de sa famille en Corée, une mission officielle ou diplomatique, une activité économique importante, une mission humanitaire d’urgence, etc.

Par ailleurs, avec l’autorisation de K-ETA Corée du Sud (un peu similaire à l’ESTA pour les États-Unis ou l’e-visa thaïlandais), tous les citoyens européens et français peuvent séjourner librement en Corée pour des rendez-vous commerciaux ou événements professionnels. Le visa touristique n’est quant à lui pas concerné.

LIRE AUSSI  Louer un appartement de manière saisonnière à Paris : ce qu’il faut savoir

Aussi, cette procédure novatrice ne s’applique pas aux voyageurs qui désirent s’y installer ou réaliser des activités de production ou de supervision par exemple. Dans ces cas, le visa de travail sera nécessaire.

Les pays et territoires éligibles pour obtenir le K-ETA ?

Les démarches à effectuer pour voyager en Corée du Sud

Les ressortissants de plusieurs pays et territoires qui voyagent pour la Corée du Sud pourront soumettre une demande d’autorisation électronique K-ETA. La liste est longue et compte plusieurs pays d’Europe, ou d’Amérique du Sud. Voici une liste exhaustive des pays concernés :
la France, l’Albanie, l’Allemagne, l’Andorre, l’Autriche, la Barbade, la Belgique, la Bulgarie, la République de Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, les États-Unis, la Finlande, la Grèce, Guam, la Guyane, la Hongrie, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, le Mexique, Monaco, le Nicaragua, la Norvège, la Nouvelle-Calédonie, le Palaos, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Marin, Saint-Vincent-et-les Grenadines, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Suisse, le Vatican et le Venezuela.

La procédure a démarré depuis le 1er septembre 2021. Le K-ETA permet par exemple aux ressortissants français de séjourner en Corée pendant 90 jours. Ces pays éligibles sont susceptibles de changer en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

LIRE AUSSI  Les États-Unis rouvrent leurs frontières aux voyageurs : ce qu’il faut savoir

Présentation d’un test PCR obligatoire à l’embarquement

Avant de prendre le départ pour la Corée, le voyageur devra présenter les résultats d’un test PCR négatif à Covid-19 effectué dans les 72 heures avant l’embarquement.

Le document devra être rédigé en coréen ou en anglais, mais s’il est dans une autre langue, il devra être tout simplement traduit avec le cachet et la signature de l’ambassade de la Corée du Sud.

Une fois arrivés en Corée, les autorités sanitaires exigent une quarantaine de dix jours pour tous les voyageurs.

Les exceptions à la mise en quarantaine

Les voyageurs qui entrent en Corée avec un visa court séjour présentant un test PCR négatif et à qui les autorités sanitaires de la République coréenne n’exigent pas le confinement sont les suivants :

  • Les personnes qui disposent d’un visa A1 (diplomates), A2 (service officiel) ou A3 (conditions d’accords). Si les personnes détenant un de ces visas voyagent avec les membres de leur famille, ces derniers seront soumis au confinement ;
  • Les personnes ayant une lettre d’invitation officielle de la part d’une organisation gouvernementale coréenne.

Une application de santé à installer à tout prix

Toute personne qui entre en Corée du Sud, peu importe sa nationalité, devra télécharger et installer l’application « Self Quarantine App » sur son téléphone. Durant la période de quarantaine, vous indiquez l’évolution de votre état de santé. Les autorités sanitaires rappliqueront aussitôt si les symptômes persistent pendant deux jours de suite.

LIRE AUSSI  Voyage à Cuba : circuit à faire absolument

Quand partir en Corée du Sud ?

Quand partir en Corée du Sud? La question, qui se pose lorsque l’on envisage de se rendre en Corée du Sud, dépend évidemment des goûts et des besoins de chacun. Mais pour faire une généralité, on peut dire qu’il est préférable de partir entre avril et octobre. Durant cette période, les températures sont agréables, et la météo globalement clémente. La période de novembre à mars est, quant à elle, marquée par des pluies quasi quotidiennes, et des températures plus fraîches.

Mis à jour le 17 février 2022