5 signes qui indiquent qu’un bâtiment contient de l’amiante

Très toxique et parfois mortel, l’amiante est un composé qui se retrouve dans de nombreux bâtiments. Il est important d’en détecter la présence très tôt. Pour cela, certains signes peuvent toutefois vous alerter.

Le bâtiment a été construit avant 1997

Fort de sa dangerosité, l’amiante a été interdit à partir de 1997. Mais avant cela, il était très fréquemment utilisé dans la construction, notamment entre 1920 et 1989. Tous les éléments entrant dans la réalisation de l’immeuble (murs, planchers, flocages, etc.) doivent être pris en compte.

Seuls des professionnels peuvent confirmer la présence ou non d’amiante. Au cas où le diagnostic révèle que le bâtiment contient de l’amiante, il est conseillé de s’en débarrasser. Pour retirer l’amiante de vos bâtiments en toute sécurité, faites appel à une société de désamiantage agréée comme Asteck. Contactez-les pour plus de détails.

Le bâtiment est fait de matériaux pouvant contenir de l’amiante

Par ordre de probabilité selon les chiffres publiés en 2013 par l’État de Genève, les éléments suivants peuvent être faits à base d’amiante :

  • les flocages ;
  • les cartons d’isolation ;
  • les mastics de fenêtres ;
  • les plaques de fibrociment ;
  • les revêtements de sol vinyle ;
  • les colles de carrelages et de faïences.
LIRE AUSSI  Comment construire une niche pour votre chien par vous-même ?

À cette liste s’ajoutent les étanchéités bitumineuses, les calorifugeages, les plaques de faux plafonds. Il est important de mentionner que du point de vue statistique, une colle de carrelage sur cinq contient de l’amiante. C’est dire combien il est important de faire attention.

Des éléments à base d’amiante se dégradent

La présence de matériaux pouvant contenir de l’amiante est un signe d’alerte qu’il ne faut pas négliger. Mais dans certains cas, il faudra plutôt rechercher la dégradation de certains éléments du bâtiment.

Inspectez les zones à risque telles que les canalisations, les isolants, les murs, le carrelage, un revêtement de sol en plastique, les grilles de cuisinières et les anciens matériaux présents dans l’immeuble depuis sa construction. Les fissures, les zones poussiéreuses et les effritements doivent vous interpeller.

Le fibrociment libère des fibres d’amiante

Faisant partie des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, le fibrociment est considéré comme peu dangereux. Mais la donne change lorsqu’il est soumis à une action mécanique. Les fibres d’amiante sont invisibles à l’œil nu alors il est inutile d’observer pour les repérer.

Vous pouvez soupçonner la libération d’amiante lorsqu’on travaille un produit en fibrociment en le ponçant, perçant, fraisant, brisant, sciant, etc. Pour faire cours, toute opération pouvant « agresser » le produit est à risque.

LIRE AUSSI  Paillasson coco : tout savoir sur les tapis en fibre de noix coco

Un occupant du bâtiment souffre d’une maladie de l’amiante

Si l’un des occupants du bâtiment souffre d’une maladie de l’amiante, il vaut mieux s’inquiéter et demander un diagnostic. Ce signe indirect est d’autant plus valable lorsque le malade en question ne travaille pas dans un endroit impliquant la manipulation de l’amiante.

Les pathologies concernées sont les plaques pleurales, l’asbestose, le cancer du poumon (carcinome bronchique) et le mésothéliome malin. Toutes ces maladies se manifestent généralement entre 15 et 45 ans après le début de l’exposition. Leur apparition peut donc signifier que d’autres personnes ont été exposées.