L’encens et ses bienfaits

L'encens et ses bienfaits

Presque toutes les voies spirituelles incluent l’encens. Les bouddhistes zen se tournent vers le mur, avec pour seule présence l’encens et la cloche (et parfois le coup de poing). L’utilisation d’huiles essentielles, sans le bâtonnet d’encens (généralement chauffé dans un bol d’eau au-dessus d’une bougie) peut procurer toutes les délicieuses sensations de l’encens, sans la fumée – ce qui peut présenter des risques liés à l’inhalation de la fumée.

L’encens : une vraie culture

Dans les temples du monde entier, l’encens flotte même en ce moment vers le ciel, certains croient qu’il est porté par des prières et toujours présenté comme une offrande sincère. Dans les cathédrales catholiques, la censure flotte. Dans toutes les cérémonies hindoues, dans les temples et les sanctuaires, l’encens est une constante. Ce sont des offrandes, mais la science soutient aujourd’hui ce que les professeurs de religion disent depuis des siècles :

L’encens, consumé dans un encensoir, est bon pour le cerveau.

Les bénéfices de L’encens

Ces preuves semblent également étayer les avantages cliniques réels, plutôt que les seuls avantages de type placebo fondés sur la croyance ou la foi.

Il existe de nombreuses autres études, notamment une étude de l’université de Floride qui montre que :

Les odeurs inhibent et excitent les cellules de la zone olfactive du cerveau, créant des changements dans le cerveau.

Une autre étude menée auprès de 3 000 personnes au Centre de recherche de Chicago « a révélé que si les gens avaient la capacité de sentir les fruits plusieurs fois par jour… ils mangeaient moins et perdaient du poids ».

Il est donc assez clair que les odeurs influencent l’humeur, les émotions et le cerveau lui-même.

Ces études soutiennent l’idée que les avantages ne sont pas seulement psychologiques. Par extension, on peut logiquement déduire (mais non prouver) que toutes les odeurs agréables auraient un comportement de type fourmi-dépressif. C’est une hypothèse raisonnable, et certainement étayée par l’aromathérapie et mes propres expériences.

Cela suggère que des siècles de médecine ayurvédique et naturelle ne sont probablement pas faux lorsqu’ils dressent des listes assez sûres de bienfaits (non prouvés cliniquement, sauf indication contraire) pour diverses situations :

  • La lavande est un remède contre le stress et pour se détendre
  • Le bois de santal supprime les tensions et crée une prise de conscience
  • La cannelle reste connue pour son intérêt croissant
  • Le cèdre ou le pin sont utilisés pour aider à lutter contre la dépression et la tristesse
  • Le sang de dragon apaise le système gastro-intestinal et aide à soulager la douleur
  • Le jasmin, avec ses hormones équilibrantes, augmente la libido
  • L’ambre renforce le système immunitaire (même si elle est usée, plutôt que brûlée, l’huile est absorbée par la peau)

Et vous, vous préférez quel type d’encens ?